Charlotte de Bouteiller
Hypnothérapeute et micronutritionniste à Choisy-le-Roi

Intestin poreux

14 Fév 2022 Charlotte de Bouteiller Nutrition

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin poreux ?

La muqueuse intestinale est l’interface entre notre corps et le milieu extérieur au niveau intestinal. Si la peau est composées de plusieurs couches et relativement étanche et résistante à l’abrasion, la muqueuse des intestins est composée d’une seule couche pour faciliter l’absorption des nutriments, ce qui la rend fragile. Elle est particulièrement agressée par les polluants, pesticides, perturbateurs endocriniens, virus, bactéries qui viennent de l’alimentation sans parler des médicaments et notamment des antibiotiques.

 

Cela peut aboutir à abimer cette muqueuse et la destruction des joints présents entre les cellules « jonctions serrées » entrainant une perte de perméabilité. Anéantissant la fonction de barrière empêchant l’entrée dans l’organisme de substances toxiques ou pathogènes dont le microbiote participe à cette barrière immunologique fonctionnelle interne. L’augmentation de la perméabilité intestinale permet à la gliadine de traverser l’épithélium en empruntant les jonctions serrées. La gliadine va alors stimuler la production de messagers pro-inflammatoires par les macrophages présents dans la sous-muqueuse de l’intestin grêle. Ce phénomène entraîne des réactions immunitaires qui finissent par se retourner contre les propres constituants de l’organisme, à l’origine des symptômes qui se manifestent chez les malades cœliaques.  

 

Alors qu’une barrière intestinale intacte empêche la pénétration d’antigènes, d’endotoxines, d’agents pathogènes et d’autres substances pro-inflammatoires dans l’organisme.

Une étude réalisée en laboratoire a montré que, lorsque l’intestin grêle est exposé à des bactéries, il produit de la zonuline et sa perméabilité augmente. Il se comporte de la même manière face à des bactéries alliées du microbiote ou à des bactéries pathogènes, et même en présence de bactéries tuées par un traitement antibiotique.

Qu’est-ce que la Zonuline

La zonuline a été identifiée il y a une vingtaine d’année grâce à son action semblable à celle d’une toxine bactérienne, la toxine Zot (Zonula Occludens Toxin) produite par Vibrio cholera, la bactérie responsable du choléra.

C’est ne protéine qui ouvre particulièrement les jonctions serrées en les désassemblant, produite par les entérocytes (les cellules qui composent majoritairement la paroi de l’intestin). Sa sécrétion excessive est responsable de l’imperméabilité intestinale, provoquée soit par la présence d’une quantité importante de bactéries dans l’intestin grêle, et la consommation de gluten.

Elle aurait ainsi sa part de responsabilité dans la survenue de nombreuses maladies auto-immunes, non seulement la maladie cœliaque mais également la spondylarthrite ankylosante, la maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé, le diabète de type 1, ou encore de la sclérose en plaque ou des cancers du cerveau, du sein… Elle est également impliqué dans de nombreux troubles psychiques des maladies neurodégénératives à la dépression.

Des chercheurs américains ont aussi montré que la zonuline nuit à l’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique, dont le rôle est de protéger le cerveau. Celle-ci est constituée de cellules endothéliales qui possèdent, comme celles de l’intestin, les deux types de récepteurs nécessaires à l’action de la zonuline.

On peut réaliser des sondages de la présence de zonuline dans le sang ou les selles :

https://www.eurofins-biomnis.com/services/referentiel-des-examens/page/ZONUL/

Repérer des signes de perméabilité intestinale ?

Fatigue, éruptions cutanées, réaction allergique, douleurs articulaires ou musculaires, problèmes neurologique, migraine, anxiété dépression.

L’intestin poraux provoque également une malabsorption des minéraux et nutriments essentiels y compris, du zinc, fer et de la vitamine B12.

Quels sont les causes ?

Il en existe de nombreuses. Une alimentation qui n’est pas équilibré contenant trop de mauvaises graisses, de sucre, d’additifs alimentaires entrainant une dysbiose, ce qui détruisent la muqueuse. La gliadine du gluten présente dans le blé, le seigle ou l’orge qui altère la barrière intestinale.

Des déficience en micronutriments protecteurs de la barrière intestinale

Un stress chronique, des horaires décalés pour s’alimenter, une mauvaise récupération (manque de sommeil). L’absorption de certains médicaments comme les ani-inflammatoires, les anti-acides…

Comment y remédier ?

Premièrement retirer tous les aliments et les facteurs qui endommagent l’intestin, comme tous les produits transformés contenant, conservateur et autres produits déconseillés.

 

Prendre les micro-nutriments déficients, comme le zinc, le fer, la vitamine B12 et des probiotiques et pré-biotiques pour aider le microbiote en augmentant les bonnes bactéries.

 

Consommer des aliments bons pour les intestins, et anti-inflammatoires en sélectionnant les bonnes épices par exemple ou encore en consommant les aliments fermentés …

Faire une activité physique pour rééquilibrer le système nerveux neurovégétatif.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   En partenariat avec le SNH.

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.