Charlotte de Bouteiller
Hypnothérapeute et micronutritionniste à Choisy-le-Roi

Désaltérante et modérément alcoolisée, la bière est un cocktail de vitamines

Nutrition

Les bienfaits de la bière pour la santé

Première boisson fabriquée par l’homme, consommée depuis des millénaires, la bière est internationale. C’est la deuxième boisson vendue au monde. Au Moyen-Âge, les bières étaient peu alcoolisées mais leur taux d’alcool (et leur teneur en calories) a augmenté depuis que la fabrication de la bière est industrielle. Et pourtant la consommation de bière, tout comme celle de vin, est associée à des bienfaits pour la santé cardiovasculaire.

Blonde, blanche, brune, la bière a des vertus insoupçonnées. Cette boisson, issue de la fermentation de l’orge et du houblon, est un aliment fermenté comme le yaourt, la choucroute… Elle regorge de minéraux impliqués dans le métabolisme : des glucides, du sélénium, de la lupuline (une substance qui a des propriétés calmantes et antidépressives et favoriserait le sommeil). La bière contient également de l’acide nicotinique et du lactoflavin, tous deux connus pour favoriser l’endormissement.

La bière est une source de probiotiques, c’est-à-dire de micro-organismes vivants présentant des bénéfices pour la santé via leurs effets sur le microbiote intestinal. Elle peut avoir des effets intéressants notamment pour la digestion, car elle stimule la production d'acide stomacal qui favorise une meilleure vidange de l'estomac. Elle contient aussi beaucoup de fibres solubles qui sont bonnes pour le transit. Elle a également des propriétés diurétiques. En outre, les levures comme saccharomyces boulardii qui ensemencent la bière pourraient être intéressantes contre des troubles gastro-intestinaux. Cependant pour bénéficier de ces bonnes souches, il faut opter pour des bières fraîches, non pasteurisées et non filtrées.

Une étude de l’Institut national de santé publique d’Helsinki en 2015 montrait une réduction de 40 % du risque des calculs rénaux avec l’augmentation de la consommation de bière.

Quant aux levures qu'elle contient, elles l'enrichissent en vitamines B, notamment en vitamine B9 et B12. Elles peuvent donc être intéressantes pour des personnes végétaliennes qui ont des difficultés à trouver de la vitamine B12 dans leur alimentation.

La faculté de médecine de Harvard et l'American Heart Association ont mené des études sur les personnes qui boivent une quantité modérée de bière. Elles ont conclu que les buveurs de bière réduisent le risque d'un AVC jusqu’à 50 %, en comparaison des non-buveurs. Les accidents vasculaires cérébraux les plus courants se produisent lorsqu'un caillot sanguin bloque la circulation du sang et de l’oxygène vers le cerveau. Or, lorsque l’on boit de la bière, les artères deviennent plus souples, augmentant ainsi le flux sanguin de manière significative.
Riche en silicium et en phytoestrogènes, la bière permettrait d'améliorer la croissance et le développement des tissus osseux.  Elle serait bonne pour prévenir certaines maladies comme l’ostéoporose. Le silicium contenu dans la bière permettrait de fixer le calcium et de lutter contre la déminéralisation osseuse. Cette haute teneur en silicium est aussi l’hypothèse avancée pour expliquer pourquoi les buveurs de bière présentent un risque plus faible de développer des troubles cognitifs tel que la maladie d’Alzheimer et la démence. Selon plusieurs études, dont certaines remontent à 1977, la bière peut engendrer une baisse du risque de développement de ces troubles cognitifs pouvant aller jusqu'à 23 %. Cependant, les chercheurs ne savent toujours pas pourquoi la bière a le pouvoir de lutter contre ces troubles cognitifs.
Enfin, les polyphénols qu’elle apporte sont des substances au potentiel antioxydant. Or, le stress caractérisé par un excès de molécules oxydantes par rapport aux défenses anti-oxydantes, est associé à de nombreuses maladies chroniques.

L'éthanol contenu dans les boissons alcoolisées, comme les polyphénols, diminue le "mauvais cholestérol" à condition que cela soit dans le cadre d’une consommation modérée. De nombreuses études ont permis de vérifier qu’une consommation modérée d’alcool est bonne pour la santé parce qu’elle permet d’augmenter la teneur du « bon » cholestérol HDL dans le sang. C’est ce lui qui nous aide à prévenir l’obstruction des artères. La bière aurait aussi un effet sur le diabète de type 2, dit diabète "gras", qui se caractérise par un accroissement du risque cardiovasculaire. Sur 12 études publiées, les chercheurs ont pu séparer le bénéfice du vin, de la bière et des autres boissons alcoolisées.

La bière diminuerait donc le risque de maladies cardiovasculaires de 33 %, une valeur sensiblement identique à celle apportée par le vin. Cette fois la quantité optimale pour les hommes serait d'une pinte de bière (soit 0,5 litre) comportant 5 % d'alcool. Pour les autres produits alcooliques, aucun bénéfice sur la santé n'est observé.

Comme le vin la bière se prête à la cuisine pour cuire mais aussi en marinade.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Membre du SNH Simplébo.

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.