Charlotte de Bouteiller
Hypnothérapeute et micronutritionniste à Choisy-le-Roi

Les modifications du régime alimentaire, y compris plus de vin et de fromage, peuvent aider à réduire le déclin cognitif

Well Being

Résumé : Une nouvelle étude révèle l'impact de l'alimentation sur la santé cognitive à mesure que nous vieillissons. Les chercheurs ont découvert que la consommation de fromage avait des effets neuroprotecteurs contre le déclin cognitif. Une consommation quotidienne modérée de vin rouge était associée à des améliorations de la fonction cognitive.

Les aliments que nous mangeons peuvent avoir un impact direct sur notre acuité cognitive dans nos dernières années. C'est la principale conclusion d'une étude de recherche de l'Iowa State University mise en lumière dans un article publié dans le numéro de novembre 2020 du «  Journal of Alzheimer's Disease ».

L'étude a été dirigée par le chercheur principal, Auriel Willette, professeur adjoint en sciences alimentaires et nutrition humaine, et Brandon Klinedinst, candidat au doctorat en neurosciences travaillant dans le département des sciences de l'alimentation et de la nutrition humaine de l'Iowa State. 

L'étude est une analyse à grande échelle unique en son genre qui relie des aliments spécifiques à l'acuité cognitive plus tard dans la vie.

Willette, Klinedinst et leur équipe ont analysé les données collectées auprès de 1787 adultes vieillissants (de 46 à 77 ans, à la fin de l'étude) au Royaume-Uni par le biais de la UK Biobank, une base de données biomédicale à grande échelle et une ressource de recherche contenant des informations génétiques et sanitaires approfondies fournies par un demi-million de participants britanniques. La base de données est accessible dans le monde entier aux chercheurs agréés qui entreprennent des recherches vitales sur les maladies les plus courantes et potentiellement mortelles au monde.

Les participants ont complété un test d'intelligence fluide (FIT) dans le cadre d'un questionnaire sur écran tactile au départ (compilé entre 2006 et 2010), puis dans deux évaluations de suivi (menées de 2012 à 2013 et à nouveau entre 2015 et 2016). L'analyse FIT fournit un instantané de la capacité d'un individu à « penser à la volée » que l’on peut traduire, par réagir rapidement sans réfléchir.

Les participants ont également répondu à des questions sur leur consommation d'aliments et d'alcool au départ et à travers deux évaluations de suivi. Le questionnaire sur la fréquence des aliments a interrogé les participants sur leur consommation de fruits frais, de fruits secs, de légumes crus et de salade, de légumes cuits, de poisson gras, de poisson maigre, de viande transformée, de volaille, de bœuf, d'agneau, de porc, de fromage, de pain, de céréales, de thé, de café, bière, cidre, vin rouge, vin blanc, champagne et liqueur.

Voici quatre des résultats les plus significatifs de l'étude

  1. Le fromage, de loin, s'est avéré être l'aliment le plus protecteur contre les problèmes cognitifs liés à l'âge, même tard dans la vie ; (probiotiques).
     
  2. La consommation quotidienne d'alcool, en particulier de vin rouge, était liée à des améliorations de la fonction cognitive ; ( polyphénols).
     
  3. Il a été démontré que la consommation hebdomadaire d'agneau, mais pas d'autres viandes rouges, améliore les prouesses cognitives à long terme ;
     
  4. Une consommation excessive de sel est mauvaise, mais seules les personnes déjà à risque de maladie d'Alzheimer peuvent avoir besoin de surveiller leur consommation pour éviter des problèmes cognitifs au fil du temps.
  • « J’ai été agréablement surpris que nos résultats suggèrent que manger du fromage et boire du vin rouge quotidiennement de manière responsable ne sont pas seulement bons pour nous aider à faire face à notre pandémie actuelle de COVID-19, mais peut-être aussi à faire face à un monde de plus en plus complexe qui ne semble jamais ralentir, » dit Willette. 
  • « Bien que nous ayons pris en compte si cela était simplement dû à ce que les gens aisés mangent et boivent, des essais cliniques randomisés sont nécessaires pour déterminer si des changements faciles dans notre alimentation pourraient aider notre cerveau de manière significative. »

Klinedinst a ajouté : - « Selon les facteurs génétiques que vous portez, certains individus semblent être plus protégés des effets de la maladie d'Alzheimer, tandis que d'autres semblent être plus à risque. Cela dit, je pense que les bons choix alimentaires peuvent prévenir la maladie et le déclin cognitif. Peut-être que la solution miracle que nous recherchons est d'améliorer notre façon de manger. Savoir ce que cela implique contribue à une meilleure compréhension de la maladie d'Alzheimer et à mettre cette maladie dans une trajectoire inverse ».

Source : Université d'État de l'Iowa

Les facteurs génétiques de la maladie d'Alzheimer modulent la façon dont le régime est associé aux trajectoires cognitives à long terme : une étude de biobanque britannique

https://neurosciencenews.com/cheese-wine-cognition-17408/?fbclid=IwAR1ltGDpK8V9289Wp5cwoka2Xnm_4qlkcTiKOWDhfV-YVzAChFSfKE1zA9Y


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Membre du SNH Simplébo.

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.